prohibition-bootlegger

Il est 22h, j'enroule des cannettes de vulgaires bières dans des vêtements que je dépose dans ma valise. J'ai l'impression d'avoir 15 ans. Sauf que là, je suis de l'autre côté de la barrière. Ou comment Bad Teacher se prépare à un voyage scolaire. Vous vous souvenez de comment je fais des remplacements (qui se passent bien, je vous raconterai les anecdotes à ce sujet plus tard) à mon ancienne école? Eh ben ils ont proposé de me payer pour accompagner un voyage scolaire - car il manquait d'accompagnateur mâle (si si, ici tout est question de quota) Alors gentiment, j'envoie un e-mail à l'organisatrice du voyage pour demander des renseignements. Et voici le post-scriptum en copié-collé en total exclusivité pour toi public:"Ps don’t tell anyone but we will be taking a few beers so feel free to bring some :-)" Voilà, en gros quand on décode l'anglais ça veut dire:"PS: on va se déchirer la gueule le soir quand les mouflets dormiront alors apporte de la binouse" Non, vous n'hallucinez pas. Quand je suis allé remplacer un prof la semaine passée, une autre prof venant au voyage m'accoste:"Alors tu es prêt pour le voyage? Tu as eu le message pour les "snacks"? ;-) Tu vas en apporter hein?" OK, pas de pression de groupe. Voilà comment je me retrouve à faire passer en contrebande de la bière - ou comment le Bad Teacher cède à la pression. Je me demande si mes profs de collège/lycée avaient aussi fait ça quand je partais en voyage scolaire... Bref. Demain je pars pour 3 jours avec 30 gamins de 15 ans.. toute une aventure!! A suivre!..

Sinon hier je suis allé au resto avec mes anciens collègues de l'école de cas soc de mon NQT. On a toujours gardé d'excellents contacts, on est devenu comme une petite famille - les doux grands-parents, la tante espiègle, la gentille soeur, la maman, la tante en dépression et le beau-frère qui débarque. J'ai toujours plaisir à les revoir, on se donne des nouvelles. La principale étant: alors, tu as trouvé pour septembre? Alors je débarque en vainqueur, comme l'an passé. J'ai mon master 1 en poche, j'ai un poste de fou dans un lycée renommé, je suis devenu mentor d'étudiant PGCE (ouvrant de multiples portes) et j'ai réussi à bien être occupé avec l'institut et les remplacements en école. Sans parler de mes vadrouilles du côté privé. Ils sont vraiment ravis pour moi. Mais cette victoire est douce-amère quand des membres de votre famille galèrent et que vous êtes impuissants. Voilà le grand-père de notre famille qui est poussé à la porte, la direction lui colle de mauvaises observations et rapports, le poussant à être contrôlé jour après jour, alors qu'il est à 1 ou 2 ans de la retraite. La tante dépressive (celle qu'on m'avait demandé de remplacer!..) raconte son stress de se rendre à l'école quotidiennement, son craquage.. Le fait que la direction veut lui faire faire plus de choses en moins de temps alors qu'elle n'est même pas encore revenue de sa dépression.. Puis elle se met à pleurer.. une fois.. deux fois.. :-\ C'est triste de voir comment un métier comme l'enseignement peut être dérivé en pure atrocité psychologique. 

Forget_me_not

Malgré cela, les cocktails et vins ont coulé et l'ambiance s'est détendue. Une vieille tante éloignée parle de sa reconversion depuis qu'elle a été virée après une vingtaine d'années de bons et loyaux services: elle fabrique des chapeaux. Ma soeur s'est reconvertie dans le primaire avec succès. Et Maman a trouvé un poste dans une autre école. Grand-mère, elle, est déjà à la retraite, la chanceuse. On est content. On rigole. Puis voilà, le RDV se termine sur des cartes que Maman donne à tous, car elle s'en va ENFIN de cette école où elle a travaillé toute sa vie. Des petites cartes personnalisées et faites main, avec une graine de myosotis ("forget-me-not" en anglais) pour ne pas l'oublier. On se fait la bise, on se fixe RDV pour l'an prochain. Ah, ça a fait du bien. Comme quoi, mon année d'NQT n'a pas été totalement vaine et négative. On tisse des liens. En parlant, j'ai réalisé mon ascension professionnelle en à peine 3 ans: prof en formation, prof en école sélective et prof en lycée (très prisé ici) tout en bossant en institut et étant formé pour accéder à des tafs en université. Bref, tout ce que je n'aurais jamais rêvé de faire en France.